top of page
  • Photo du rédacteurmarc

Mon Marathon de l'Espoir 2021 à Sully-sur-Loire



Cette année, Le Marathon de l’espoir de Sully-sur-Loire à bien eu lieu "sur le terrain", contrairement à l'édition 2020.


En 2020, le Marathon de l'espoir s'est déroulé virtuellement, afin de pouvoir tout de même récolter des fonds à l’occasion du téléthon, au bénéfice de l’AFM.


En ce 5 décembre 2021, trois parcours s’offraient à nous : 5, 10 et 21 kms

Malheureusement pour certains, la vraie distance du marathon n’a pas pu avoir lieu à cause des consignes sanitaires liées à la Covid 19 !


Mais qu’importe ! Il y avait du monde pour participer à cet évènement lié au Téléthon et c’est bien l’essentiel. Environ 600 participants, ce n’est pas rien !



C’est vrai, j’aurai pu faire les 21 kms ! Mais je me suis engagé pour 10 .




Pour la première fois de ma vie sportive, j’ai manqué de courage.

Je pense avoir des circonstances atténuantes ( mauvaise excuse) !

J’ai repris la course il y a 2 ans et demi, maintenant, après 20 ans d’arrêt et ma « saloperie » d’âge avancé qui ne fait pas bon ménage avec le sport. Malheureusement, je ne peux plus faire tout ce que je désir mais, malgré ça, je me débrouille encore plutôt bien !


L’animateur improvisa quelques gestes d’échauffement et d’étirement et tout le monde suivit. Et... Top départ !



Départ du marathon de l'espoir 2021
Le départ du marathon de l'espoir 2021

Donc, j’ai fait 10 kms et c’était, pour moi, comme un footing habituel dans les bois.

Normal, facile au début et mal aux jambes à la fin.

Il faut dire que la météo n’était pas au rendez-vous. Le froid, la pluie, la boue et le vent, tous ces paramètres n’ont pas aidé ma vielle carcasse à se mouvoir aisément dans certains tronçons du parcours.




On aurait pu penser que cette météo refroidirait même le plus courageux et bien non ! Nous étions plus de 300 à faire le 5 ou le 10 kms, avec cette envie : "servir une bonne cause et aller au bout malgré ce temps exécrable ".


Chouette ambiance avant le départ ! les concurrents se parlaient, rigolaient, se saluaient même sans se connaitre, s’échangeaient des petits gestes sympathiques. L’envie de tous ces sportifs était de participer ensemble à cette manifestation et se faire plaisir, aussi.


C’était « bon enfant ». J’ai même eu la chance et le plaisir de rencontrer mon ancienne Coach de natation, Rachel du club de Gien, que j’apprécie beaucoup, peut-être parce qu’elle m’a supporté pendant 5 ans, mais surtout parce qu’elle a réussi à faire de moi un bon nageur. C’est une vraie passionnée.


Mais c’était quand même une course et donc, une compétition qui donne un vainqueur et un classement et, l’envie sportive de bousculer le concurrent de devant pour le précéder !!!


Je suis plutôt un solitaire dans l’effort et avant cet événement, je n’avais aucun repaire sur mon niveau. Cet événement m’a rassuré !


Je ne suis pas fainéant quand je m’entraine seul dans mes bois. Mon niveau est quasiment égal à ce que je fais le dimanche.


Je ne pensais pas que j’apprécierais courir avec d’autres personnes. Peut-être de peur de me sentir ridicule mais, cette vision encourageante de voir d’autres personnes autour de moi était motivante et entrainante, un vrai plaisir...






On pourrait qualifier ce circuit de « parcours exigeant ».


Le vent et la pluie de face sur la levée de la Loire, la boue et les flaques dans les bois et la réserve naturelle. Le seul moment, si l’on peu dire, calme, c’était le premier kilomètre après le départ.


J’ai entendu, avant le départ, deux personnes se demander quel type de chaussures il fallait prendre. Le choix était la paire tout terrain.


Je suis assez fière des photos réalisées par ma compère ! Cela me permet de voir comment j'étais physiquement à chaque moment du parcours.


Je n’ai jamais regardé derrière moi pendant la course pour juger de ce qui se passait dans mon dos mais les images sont explicites.





J’étais loin d’être ridicule ! Bon, j’étais loin du premier, mais aussi, loin du dernier, ça aussi il faut le préciser. Mais c’est encourageant pour la suite ! L’entrainement paie et c’est encourageant pour les futurs triathlons.


Quelle ambiance à l’arrivée !


Beaucoup de participants restaient sur place pour encourager les concurrents qui arrivaient après eux. Le speaker parlait fort en félicitant les coureurs.


Les bénévoles couraient après chaque concurrent pour leurs donner leur sac pour se restaurer (bouteilles d’eau, petits gâteaux et la MEDAILLE, très important).


Lorsque l’on croisait des personnes de connaissance, c’était le petit couplet habituel : « alors comment ça s’est passé ? » ou « quel temps à tu fais ? ». Et j’étais fier de dire « ça été, j’aurai pu mieux faire, mais ça été ! »


Bien sûr, en restant humble, j’évitais de montrer que je n’en pouvais plus et que les cuisses me brulaient un peu.


Il y avait quelques représentants de la mairie et la police municipale présents à l’arrivée mais regroupés dans un coin et faisait bande à part sans vraiment se préoccuper de ce qui se passait (c’était sûrement une cellule de crise, objet de cette réunion tenu secrète). Je m’excuse, je suis mauvaise langue !


J’ai quand même vu deux fois un des adjoints, Mr Martin, sur le parcours, avec un grand sourire en prime. Il m’a encouragé à l’un de mes passages lorsqu’il m’a reconnu. Merci !


Je suis rentré chez moi, profondément heureux de cette matinée. J’ai passé un excellent moment, parole d’une personne qui adore la solitude.


Je dis BRAVO et félicitations à tous les participants et dommage à tous ceux qui ont hésité et qui ne sont pas venus.


Et bravo également à tous les bénévoles qui étaient là pour l'organisation et sur le terrain, à nos côtés, pour sécuriser les abords de la course et nous encourager.


C'était SUPER !




 

Merci à l'Organisation


Je remercie les organisateurs d'avoir placé des photographes tout autour du parcours pour réaliser de sympathiques souvenirs. Je ne sais pas pour qu'elle raison mais j'ai été gâté sur le plan des prises de vues !





Départ dans les rues de Sully-sur-Loire. La route est à nous. Je suis très décontracté, cela ne va pas durer.







Tout le monde reste à la queue leu-leu, le terrain trop gras oblige les concurrents à rester sur le chemin.






Premier passage devant le château de Sully-sur-Loire. Je m'aperçois sur cette photo que je n'ai vraiment pas "une gueule du porte bonheur" ( comme dirait Mr Arnold Schwarzenegger).







Milieu du 2ème tour, les jambes commencent à bruler mais toujours autant de plaisir à être présent sur cet évènement.






Pour cette partie, j'aurai du prévoir des chaussures de rugby.

Beaucoup de personnes finissaient ce tronçon en marchant. L'accroche était très compliquée.

















Enfin fini !!!

Souvent à la fin du footing du dimanche matin, je me fais la réflexion que je pourrais en faire plus, mais là en passant la ligne d'arrivée, j'étais bien content que cela se termine.

Je ne suis pas allé plus vite ou moins vite que d'habitude mais j'étais bien plus fatigué que d'ordinaire, bizarre !











 



Fier de ne pas être ridicule en admirant cette belle profondeur d'image et aussi fière d'arborer mes couleurs :


"LEFEVRE photographe"














 

Après avoir réoxygéné nos cerveaux, nous nous sommes dit qu'un tel évènement méritait que nous nous en inspirions et nous vous présentons notre création. Pour l'instant ce design reste sur un t-shirt mais la gamme va prochainement s'étoffer.





8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page